Les amis de l'orgue
de Toulon et du Var

Les concerts
Archives
Documentation
Liens utiles
Études
Orgues varois
L'association
Présentation
Assemblée générale
Newsletter
Adhésion
Contacts

Fiche orgue

Église Saint Louis, Hyères

Orgue François Mader, 1878

Nombre de jeux33
Nombre de claviers3
Pédalieroui
Esthétiquenéo-classique
Étatmauvais

Notice

Historique

Succédant à un orgue fait probablement d'éléments de récupération et avéré de mauvaise qualité dès sa construction en 1833, l'orgue actuel a été construit en 1878 par François Mader de Marseille, dans un buffet de style néo-gothique du menuisier Edmond Lagier de Marseille. Tel qu'il était à cette époque, il représentait le dernier cri en matière de facture d'orgue, c'était d'ailleurs le premier instrument du Var à posséder des claviers et un pédalier aussi étendus, un véritable orgue de style symphonique, riche de nombreux jeux de fonds de 8 pieds, le tout rehaussé par l'éclat des jeux d'anches (11 en tout) soit exactement un tiers des jeux de l'orgue.

En 1898, l'orgue est relevé pour la première fois par les frères Vignolo, originaires de Saint Tropez, élèves puis successeurs de François Mader. Deux autres relevages seront effectués en 1910 et 1925 par la même maison. Jusqu'à cette époque, l'orgue est toujours dans sa disposition d'origine.

À partir de 1925, une soufflerie électrique est installée.

Les premières modifications arrivent en 1931, date à laquelle la transmission mécanique des claviers de positif et de récit est abandonnée au profit d'une transmission pneumatique tubulaire peu fiable, qui ne donnera jamais satisfaction. De plus, plusieurs jeux sont changés, ce fut le premier infléchissement vers une composition néo-classique, le second sera réalisé en 1964 par Jean-Albert Négrel de Roquevaire.

Toutes ces transformations de jeux n'apportèrent rien à l'instrument, si ce n'est une incohérencesonore, les jeux nouveaux s'harmonisant fort mal avec les anciens, d'autant plus que l'orgue ne fut jamais restauré sérieusement au niveau de la mécanique et des sommiers.

En 1981, l'orgue est relevé par les établissement Laval-Thivolle ; si la composition ne fut pas remaniée (faute de moyens), la transmission fut quant à elle malheureusement électrifiée sous des prétextes de modernité et de confort, la console mécanique d'origine disparut, une console électrique la remplaça. Une deuxième tranche de travaux prévoyait une réharmonisation totale de la tuyauterie, qui toujours faute de moyens ne fut heureusement jamais réalisée.

Aujourd'hui, l'orgue de Saint-Louis, jamais restauré sérieusement depuis sa construction, est dans un état alarmant et attend une restauration exemplaire, qui nous rendrait un des plus beaux instruments symphoniques de la région. Malgré ses faiblesses d'aujourd'hui, il fait encore grand effet lorsqu'il est joué par un organiste sachant les dissimuler.

Composition actuelle

Grand orgue (56 notes) Positif (56 notes) Récit (56 notes, expressif) Pédalier (32 notes)
Bourdon 16
Montre 8
Bourdon 8
Flûte 8
Prestant 4
Flûte 4
Sesquialtera II
Doublette 2
Plein-jeu III/IV
Trompette 8
Clairon 4
Montre 8
Flûte harmonique 8
Salicional 8
Prestant 4
Quinte 2 2/3
Trompette 8
Cromorne 8
Bourdon 8
Gambe 8
Voix céleste 8
Flûte 4
Nazard 2 2/3
Octavin 2
Tierce 1 3/5
Larigot 1 1/3
Trompette 8
Basson-hautbois 8
Contrebasse 16
Basse ouverte 8
Flûte 4
Bombarde 16
Trompette 8
  • Accouplements : II/I, III/I, III/II
  • Octaves graves et aigües I, II, III
  • Tirasses : I, II, III
  • Tremolo récit
  • Triple registration
  • Crescendo

Notice rédigée par Michel Colin.

Dernière mise à jour le 23/11/2008.